INTRODUCTION

 

C'est en 1965 que le labrador s'est installé dans ma vie.

Dans mon livre "Mieux connaître le labrador", je raconte ainsi le premier contact: "Je n'oublierai jamais le jour où Pedro, mâle labrador noir de deux ans est entré dans le petit appartement avec mon mari. A eux deux, ils remplissaient tout l'espace. Encore nostalgique de King (le magnifique setter anglais que nous avions été contraints de donner à un ami qui habitait la campagne), j'ai demandé avec ironie ce qu'était ce gros saucisson à pattes.

Pedro est gentiment venu me saluer, puis il s'est couché dans un coin et nous a enveloppés de son regard tendre et attentif. Alors, je l'ai trouvé beau...

Il y a maintenant plus de quarante ans que je côtoie ces chiens qui n'en finiront pas de me séduire, et je suis convaincue que celui qui aime les chiens et les respecte, s'il a connu un vrai labrador, ne pourra plus se passer de cette race."

1970, Lilleman, mon second labrador avec mes enfants

Privée d'animaux pendant mon enfance, je m'inventais une arche de Noé. Ils me sont restés indispensables, il y a toujours eu des chiens dans ma maison, autrefois il y avait aussi des chevaux,  aujourd'hui, les chats et le perroquet complètent la famille.

Chaque race de chiens, avec ses spécificités, correspond à des exigences et à des tempéraments  divers. Mon amour des chiens m'a amenée à recueillir des spécimens de races aussi variées que golden- retriever, yorkshire, cocker, rottweiler, malinois, beauceron,  et je conserve toujours, depuis une vingtaine d'années, quelques jack-russell terriers, mes chiens d'écurie.

1974, promenade avec mon pur-sang Donbeam, Lilleman et...un chien trouvé

 

Les Jacks, aussi à l'aise au salon qu'à l'écurie

               

J'ai commencé à élever mes labradors en 1975, si je m'en suis tenue à cette race, c'est parce que le vrai labrador réunit  tout ce que je recherche chez un chien.

S'il fallait le définir d'un mot, ce serait :  EQUILIBRE.

Il est à la fois puissant sans brutalité et doux au point de pouvoir rapporter dans sa gueule un caneton égaré sans le blesser, sociable sans être exclusif ou collant, calme à la maison, sportif au grand air. Aussi solide dans son corps que dans sa tête, il n'aboie qu'à bon escient . Absolument fiable , sa gentillesse s'accompagne néanmoins d'une fidélité sans faille à ses maîtres qu'il est capable de protéger si besoin est.

C'est le chien de celui qui aspire au calme et à l' authenticité.

CALMES A LA MAISON

Djerba du Valhalla

 

SPORTIFS DEHORS

    

Crockett et Mynos

ET TOUJOURS ATTENTIFS ET DISCIPLINES

Les labradors du Valhalla en 1986

 

2005, Uxana, Sirius et Anaé (six mois) du Valhalla à Madame Bertrand

 

Classement de sites - Inscrivez le vôtre!