TARES ET DEFAUTS

La dysplasie coxo-fémorale

 

Les tares oculaires

 

Le caractère atypique

         

Les défauts physiques les plus courants

 

 L'épilepsie

 

Les défauts  de standard

 

Le caractère atypique

Tout est dit dans le regard chez un vrai labrador

Uxana, Sirius et Anaé (6 mois) du Valhalla, à Madame Bertrand

 

               
                       

Qu'il s'agisse d'un mâle ou d'une femelle, ci-dessus mâles et femelle  typiques du Valhalla, le sentiment qui s'impose au contact d' un labrador est l'impression d'extrême douceur dégagée par son expression.

Le labrador est un chien calme et doux, quelque soit son sexe,

LE CARACTERE ATYPIQUE caractérisé par une expression dure et bornée, une hyperactivité désordonnée et une sorte d'indifférence au maître qui en fait un chien brutal, surexcité, indépendant,  est, chez le labrador,

 LA PIRE DES TARES, LA NEGATION MEME DE LA RACE

 

Un chien de cette taille et de cette puissance qui n'aurait pas le caractère d'un labrador représenterait exactement le contraire de ce que l'on est en droit d'attendre de lui et s'avèrerait insupportable.

Or la rumeur et les médias, qui ne font que retranscrire l'impression générale, nous abreuvent, depuis que ce chien est "à la mode" d'informations dont on se demande si elles  concernent bien le labrador tel que décrit par le standard, et, par conséquent, voulu par ceux qui ont fixé la race.

NON ! le vrai labrador n'a pas plus un besoin effréné d'exercice que de beaucoup d'espace, NON ! les femelles ne sont pas plus douces que les mâles, NON ! le labrador ne dévaste pas son environnement jusqu'à l'âge de quatre ans, NON ! le labrador n'est pas intenable en laisse, chez moi ils n'ont ni laisse ni collier, NON ! il n'y a pas de dominants chez les vrais  labradors, les mâles vivent aussi bien ensemble que les femelles, NON ! le labrador correctement traité n'est pas fugueur,  NON ! il est impensable que le labrador puisse être agressif, NON ! le labrador n'aboie pas sans raison valable, NON ! les caractères atypiques ne se retrouvent pas seulement  chez les labradors sans papiers (qui viennent bien de quelque part) par absence de sélection, voire retrempe*, mais aussi chez les labradors inscrits au LOF par sélection inopportune.

LE CARACTERE ATYPIQUE EST HEREDITAIRE

Un labrador doit donner d'emblée une impression d'infinie douceur qui lui est propre. Si vous avez envie d'un chien à tête d'ours, adoptez donc un molosse, vous serez moins déçu.

* retrempe: action d'introduire une race différente dans une race pure. L'accouplement d'un labrador avec un chien d'une autre race peut donner naissance à des sujets qui ont l'apparence du labrador, son phénotype, mais qui ont perdu une moitié des caractéristiques du labrador et acquis une moitié de celles de l'autre race : Ca a l'air d'un labrador, mais ce n'est plus un labrador.

Qu'un labrador, chien hyper solide dans sa tête, puisse être agressif était inimaginable il y a 20 ans, or il conviendrait d'être conscient que les statistiques actuellement fournies par les services d'urgence des hôpitaux  répertorient   le labrador comme le chien responsable du plus grand nombre de morsures en France et que ce déplorable état de fait n'est autre que le résultat d'une sélection calamiteuse.

Que, dans notre pays,  les déçus du labrador se tournent de plus en plus vers le golden retriever, un chien totalement différent, inapte à le remplacer,  non!  le golden retriever n'est pas le cousin du labrador, qui vient de supplanter le labrador  avec 7842 inscriptions au LOF pour 2005, contre 7242 inscriptions de labradors,  alors qu'il arrivait à peine à 3000 inscriptions au LOF il y a dix ans quand le nombre d'inscriptions de labradors avoisinait déjà les 10000, quel éclatant constat d'échec des décideurs aussi incompétents qu'irresponsables qui avaient pris la race en main lors de sa popularité naissante, et l'on dirigée sur plus de dix ans, quand le nombre d'élevages de labradors s'est mis à exploser en suivant aveuglément leurs recommandations. Le bilan actuel est hélas très explicite, ce n'est pas qu'il n'y ait plus d'engouement pour le labrador tel qu'il devrait être, c'est que l'élevage n'a pas été à la hauteur.

Il saute aux yeux, en effet, que l'augmentation des inscriptions de golden retrievers au LOF est sensiblement supérieure à  la diminution des inscriptions de labradors au LOF. On mesure ainsi la perte de popularité que subit la race après avoir caracolé à plus de 10000 inscriptions au LOF par an, comme le méritait le plus agréable  chien de compagnie dont on puisse rêver qu'est le "vrai" labrador,  en deuxième position derrière le berger allemand, dont la suprématie n'a jamais été menacée car il remplit toujours sa vocation, ce qui n'est manifestement plus le cas du labrador.

Le cocker a été démoli il y a quarante ans parce qu'il était à la mode (race à la mode = profits en jeu), c'est maintenant au tour du labrador. Quant au golden retriever, c'est parfait, sous peu il remplacera le labrador au palmarès des chiens les plus mordeurs, c'est du reste le cas depuis longtemps en Grande Bretagne où la popularité du labrador demeure pourtant intacte.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Classement de sites - Inscrivez le vôtre!